Stacks Image 77
En 2010 et à l'instar de l'athlète sud-africain Oscar Pistorius, un sportif français s’est lui aussi lancé le défi de participer aux Jeux Olympiques des valides à Londres 2012. Son nom : Arnaud Assoumani. Son palmarès : champion paralympique de saut en longueur à Pékin 2008 et recordman du monde de la discipline en 7,23 mètres. Son handicap : être né sans avant bras gauche. Pour se qualifier à Londres, Arnaud devait faire les minimas des valides : 8,20 mètres, un mètre de plus que son record en handisport !

Pendant deux ans, une équipe de documentaire menée par le réalisateur Benjamin Rassat, auteur de "McEnroe-Lendl, le crépuscule des Dieux" et de "La légende d'Alain Mimoun", a suivi l'intégralité de la préparation olympique d'Arnaud Assoumani, incluant une première mondiale : la fabrication d'une prothèse spécifique pour le saut en longueur, un bras en or qui donne son titre au film. Ouvert par l'annonce de ce défi exaltant, tenu par le suspense de performances qui se rapprochent petit à petit de la barre des 8 mètres, le film nous entraîne pendant 24 mois de meetings locaux modestes aux championnats du monde, - jusqu'à ce rendez-vous de Londres où les deux concours d'Arnaud au triple saut et en longueur vont finir d'incarner la dureté et finalement le mystère de ce qui fait un champion sur le terrain et un champion dans la vie.