Stacks Image 67
Pour comprendre les raisons et les enjeux des conflits qui secouent l’Irak et la Syrie aujourd’hui, il faut remonter le temps, 100 ans en arrière. C’était l’époque des empires coloniaux et du réveil nationaliste en Mésopotamie. Des enjeux économiques et géostratégiques majeurs conduisent à ce moment-là à la création de l’Irak, dont les frontières vont être tracées sans tenir compte de traditions, d’appartenances culturelles ou religieuses.

« Une aventurière en Irak » nous plonge dans cette époque en retraçant le parcours extraordinaire de l’anglaise Gertrude Bell (1868-1926). Souvent comparée à Lawrence d’Arabie, elle était en fait de 20 ans son ainée et son influence sur le Moyen Orient a été bien plus importante que celle de Lawrence, rendu célèbre, lui, par son autobiographie, et plus tard par un film hollywoodien.

Gertrude Bell fut à la fois aventurière, espionne, archéologue et une femme politique très influente. A l’aurore du XXème siècle, la connaissance qu’elle acquiert du désert d’Arabie et des tribus locales lui vaut d’être recrutée par les renseignements militaires britanniques. Après la Grande Guerre, elle dessine les frontières de l’Irak et contribue à installer son premier roi, qu’elle conseille par la suite. Le film suit l’ascension sans précédent de Gertrude Bell dans les sphères politiques et militaires britanniques, des domaines alors réservés aux hommes. A travers le regard subjectif mais critique de Bell, le film explore les enjeux de la formation de l’Etat d’Irak, dans laquelle cette femme singulière a joué un rôle central. Ses décisions politiques ont encore aujourd’hui un impact sur la géopolitique et la culture de la région, pour le meilleur ou pour le pire.

Grâce à des images d’archive extraordinaires, en grande partie inédites et restaurées, à des archives écrites et sonores, des interviews « reconstituées » et des évocations subtiles, ce film livre une vision inattendue du Moyen-Orient, il y a désormais un siècle.